Siggraph 2010

“The People Behind The Pixels”

La 37ème  édition du Siggraph s’est déroulée au Convention Center de Los Angeles du 25 au 29 juillet 2010.  L’école de design Nantes Atlantique y était à nouveau présente représentée par Bastien Kerspern (étudiant en fin de 3ème année de l’option design d’interactivité) dont le projet “Artoo” était en finale de la compétition “Disney Learning Challenge” . Ce concours consistait à réaliser une application de type “widget” destinée à favoriser l’apprentissage, par les 7-11 ans, de concepts de bases en astronomie, en écologie, en mathématiques etc…Bastien a choisit la catégorie “Understanding Geometric Transformations by Reflecting on and Creating Visual Art” et propose Artoo, une sorte de Tangram interactif qui permet dans un premier temps de familiariser les plus jeunes aux formes géométriques (”fill in the gaps“) et dans un second temps leur permet de créer librement des dessins par l’assemblage de 6 formes de bases (freestyle drawning).  Ces dessins peuvent être ensuite commenté par l’auteur lui-même via une Webcam lui permettra d’associer son histoire au dessin ainsi réalisé. L’application développée par Ian Ardouin-Fumat en ActionScript 3 fonctionne parfaitement et est un parfait démonstrateur du projet. Outre son orientation ludique et pédagogique, l’intérêt d’Artoo réside dans des modalités d’interaction très simples, puisque toutes les opérations peuvent être réalisées via un seul clic (gauche) de souris permettant ainsi aux plus jeunes de prendre le contrôle immédiat de l’interface.

Demonstrations Artoo

Les démonstrations se succèdent pendant les 5 jours et les retours des jeunes et des professionnels  sont très positifs.
Sur les 15 projets en compétition, 2 retiennent particulièrement mon attention :

Le projet de Günter Wallner (université de Vienne) “DOGeometry” propose des manipulations géométriques de portions de chemin pour permettre à un petit chien de regagner sa niche. Le concept est très simple et l’application fonctionne parfaitement. Le second, “Refraction, Teaching Fractions through Gameplay“, porté par l’université de Washington et développé par un dizaine de personnes (!) remportera la compétition… L’application a pour but de favoriser l’apprentissage des fractions aux plus jeunes. L’application est très sophistiquée et a déjà fait l’objet de nombreuses évaluations auprès de plusieurs classes d’élèves… Les autres projets sont complexes soit dans leur approche soit dans leur accessibilité/navigabilité (parfois les 2 !) et malgré des financements conséquents d’institutions telles que la NSF ! Bastien a cependant eu de nombreux échanges avec des personnes très intéressées par son projet à commencer par le site Web universcience.fr portail pédagogique mis en place conjointement par la Cité des Sciences et de l’Industrie et le Palais de la Découverte. D’autres prises de contact avec différents pays qui souhaitent enrichir leur enseignement par les technologies actuelles. Cette première édition du Disney Learning Challenge se déroulait donc au Siggraph parmi les autres manifestations habituelles :

Emerging Technologies
Des projets comme d’habitudes décalés car généralement “bricolés”, mais qui ont le mérite de détourner les technologies et de faire naître de nouveaux usages. Ainsi “MonkeyLectric“, propose de doter vos roues de vélo de surfaces d’affichages dynamiques, reprenant le concept développé par le Dr. Ando basée sur la perception rétinienne (”Saccade Based Display“). MonkeyLectric est avant tout ludique, une ré-interprétation en quelque sorte… de la pince à linge et du bout de carton qui faisaient passer nos vélos pour des mobylettes !! Le projet “Shabonned Display” (Keio University) utilise des bulles de savon comme surface d’affichage et d’interaction. “Hanahanahana” (Keio University) est une installation réagissant aux odeurs, une plante dotée de capteurs réagit aux fragrances qu’on lui soumet, l’installation est visuellement très réussie. “Touch Light Throug the Leaves” ((University of Tokyo) consiste en un petit bocal équipé de 85 vibreurs qui réagissent à l’intensité lumineuse. Disposé à l’écart d’une source lumineuse, le bocal met en action ses vibreurs faisant ainsi ressentir l’ombre dans le creux de la main de l’utilisateur. “Beacon : An interface for Socio-Musical  Interaction” (Tsukuba University) est une borne abritant un faisceau laser balayant de façon circulaire l’espace. Chaque coupure de ce faisceau générant une note de musique, Beacon devient rapidement  un contexte où les participants sont co-compositeurs et interprètes de la partition jouée. Les “Meta Cookies” sont des petits gâteaux qui comportent sur l’une de leur face un marker AR qui permettent à 2 caméras de détecter leur parfum et de le reconstituer virtuellement via un dispositif de synthèse d’odeurs; le dispositif est un peu encombrant (!) mais l’effet plutôt saisissant. Plus pragmatique, Lumino (Hasso Plattner Institute) propose d’utiliser des blocks translucides réalisés en fibre de verre sur des tables multitouch permettant alors de les empiler et de créer combinaisons en volume avec des markers AR;  Lumino ouvre ainsi la voie au multitouch tangible en 3 dimensions.

Olfactif, Tangible, Tactile, Sonore, Augmentée… l’espace Emerging Technologies étend une nouvelle fois les modalités d’interactions ou de représentations numériques, comme c’est le cas avec l’écran 360° de Sony déjà présenté en Octobre à Tokyo (Digital Content Expo), mais agrémenté ici de modalités d’interactions simples comme avec ces manettes de jeu qui permettent de jouer au Casse Brique à 2 joueurs et à 360° (!), ou qui permet d’un geste de la main de faire tourner l’image sur la surface d’affichage, d’après les concepteurs, il s’agit avant tout d’une prouesse technique, le 360° recherche alors des applications susceptibles de le positionner sur le marché des biens électroniques grand public…

Sony 360

La société Immersion propose dans le cadre du Projet “V-City” d’associer pour notre plus grand plaisir (!) table multitouch et vision en relief pour naviguer d’une façon extrêmement fluide parmi des espaces urbains modélisés en 3d et rendus en relief. Il serait long de présenter ici l’ensemble des projets… j’ai fait en sorte d’en sélectionner certains, vous les retrouverez tous regroupés dans cette vidéo. On notera également la présence d’ateliers “Work In Progress” dédiés majoritairement aux techniques de prototypage rapide. MarkerBot nous fait une démonstration de “l’impression 3d” de sifflets,   DIYLILCNC (Do It Yourself Little Computer Numerical Control) est un projet OpenSource de fraiseuse numérique qui, à coup sur, devrait nous permettre de poursuivre l’action entreprise par L’école de design et Ping vers ces alternatives (FabLab / RepRap) en terme de prototypages physiques.

Les exposants
Le Siggraph, c’est avant tout la grande fête de tout ce qui touche de près ou de loin à l’image de synthèse statique ou animée (Computer Graphics). La course se poursuit donc vers toujours plus de puissance de calcul, vers des rendus toujours plus réalistes, vers des logiciels d’acquisition et de restitution temps réel. Si les studios Pixar/Disney ou NickelOdeon ont la vedette, les fabricants de hardware tels que ATI ou Nvidia (cartes graphiques) présentent des produits toujours plus performants : C’est le cas de la Nvidia Quadro Fermi qui permet désormais d’utiliser la plupart des modeleurs 3d et logiciels de montages en relief et en temps réel. ATI  propose dans sa gamme FirePro la technologie Eyefinity qui permet d’étendre sa surface d’affichage de 2 à 4 moniteurs à partir d’une seule carte graphique.

Siggraph 2010

Intel mise sur la puissance du calcul distribué, nous assistons à  la manipulation en temps de réel de Shaders sophistiqués  (réflection, réfraction, transparence) sur des scènes complexes en temps réel via des clusters de 24 processeurs i7Hardcore Computer (je n’invente rien^^) propose une gamme d’ordinateurs baptisée “ReactorX“  et fonctionnant par refroidissement liquide, ce qui leur confère un aspect singulièrement futuriste (surtout quand quelques bulles font leur apparition !) mais surtout des performances très élevées… Dans la série du hardware dopé aux amphétamines, notons enfin les disques durs proposés par la société  Fusion-io capables de diffuser simultanément 1500 films au format DVD !

En terme de logiciels, les modeleurs 3d se pencheront avec le plus grand intérêt sur Mudbox, un produit d’Autodesk  (je vous rappelle au passage le programme http://students.autodesk.com/ qui vous permet de télécharger et d’utiliser légalement les logiciels d’Autodesk). Mudbox permet d’étendre considérablement les possibilités en terme de façonnage et de texturing des modèles 3d. Vous cherchez à concevoir une ville ? CityEngine (Smart 3d Cities) vous propose un générateur d’espaces urbains particulièrement évolué. Immeubles et maisons s’agrègent automatiquement en fonction d’un tracé de route et d’un simple clic de souris, vous modifiez le style des bâtiments, particulièrement… bluffant !  Pour le travail sur les textures : Substance Designer (allegorithmic) permet, via la manipulation  de briques d’effets, de concevoir des textures complexes. Dans le domaine du traitement d’images numériques on regardera aussi les plug-in Photoshop proposés par la société Topaz Lab qui permettent de restaurer et de manipuler des images jpeg dégradées ou de très basse qualité. Pour les effets visuels et la post-production, nous retenons le logiciel SynthEyes qui permet la composition, le re-texturing et l’insertion d’éléments 3d en temps réel dans des scènes vidéo préalablement tournées (le site Web n’est pas très avenant… mais le produit est très intéressant). Enfin l’éditeur Wolfram plus connu dans le domaine des moteurs de recherche étend son produit bien connu The Mathematica dans la production de déformations réalistes (déformations / collisions) et autre simulations complexes (tremblements de terre, déraillements et autres accidents en tous genres…).

hollywood

Félicitations de nouveau à Bastien, ces manifestations sont toujours très éprouvante, il faut sans cesse présenter son projet à un public très nombreux. J’encourage une fois encore tous les étudiants à profiter de leur statut actuel pour s’inscrire à des compétitions internationales qui procurent une grande visibilité et des opportunités professionnelles. Nous avons pu profiter rapidement de Los Angeles et de la Californie du Sud, mais le territoire est si vaste… vous trouverez quelques autres clichés du Siggraph ici (je précise qu’il était interdit de prendre des photos…), sur Los Angeles, l’étonnant Walt Disney Concert Hall par Frank Gehry, une visite très instructive aux Studios Universal (la 4d étend l’immersion perçue par le relief, aux mouvements des fauteuils, aux jets d’eau, au souffle du vent…), des palmiers, des rues (américaines) et d’autres encore !

Los Angeles downtown

PS1 : Pour les passionnés d’image de synthèse, d’animation 3d, à noter les 15 et 16 décembre prochain se déroulera la manifestation “ParisFx

PS2 : Un grand merci à nos amis français croisés outre Atlantique pour leur soutien : Monique Panheleux, Matthieu Lépine, David Nahon, Gill Van Herzele , Damien Djaouti

A noter !!  : Prochaine édition de Laval Virtual du 6 au 10 Avril 2011 ;)

Leave a Reply

 

 

 

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>